EDITO

Nouveauté de cette rentrée scolaire, les familles aux revenus les plus modestes pourront bénéficier de repas à 1 €.

Cette disposition, voulue par le gouvernement, est limitée aux écoles en REP, et les communes doivent avoir une politique tarifaire avec au moins 3 tranches de revenus. Une compensation financière sera versée aux communes. Si cela couvre (presque) le coût du repas, il faut ajouter les frais de service, d’entretien et d’encadrement.

Cela s’inscrit clairement dans la logique de ceux qui nous gouvernent : le « en même temps » ou le « de droite et de gauche ».

En effet cette disposition n’est prévue que pour les enfants de l’école primaire, alors « qu’en même temps » on rend l’école obligatoire dès 3 ans.

La municipalité de Cheny a choisi de ne pas faire de différence entre maternelles et primaires. Mais forcément il y aura une perte financière non compensée par l’État.

Est-ce que cette disposition durera dans le temps ? Sera-t-elle étendue à tous ? Sera-t-elle réévaluée en fonction de l’augmentation du coût de la vie ? Pendant combien d’années ? Toutes ces questions, nous nous les posons car les gouvernements ont toujours mis en place des politiques qu’ils ne suivaient pas. Cependant, nous avons considéré qu’il fallait saisir cette opportunité d’offrir un repas équilibré pour 1€ à ceux qui ont le moins.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.